Côte d’Ivoire / Inondation à Abidjan: A qui la faute ?

Inondations à Abidjan, en dehors du changement climatique, tous les ivoiriens ont démissionné et chacun doit porter sa part de responsabilité. Quel ivoirien se dit surpris de ce qui se passe en ce moment en cette période des pluies ? C’est le contraire qui serait médisant et inutile de politiser le problème. 

Abidjan encore sous les eaux de pluie

Voir autant de milliards de francs partir en fumée en une seule journée à Abidjan, on ne peut pas accuser la nature de s’être ignoblement vengée des ivoiriens. C’est une démission totale et collective des ivoiriens. Les hommes politiques ont leur part certes, mais la population ivoirienne qui ne respecte aucune consigne de vie, doit s’en prendre aussi à elle-même.

L’éducation n’est pas seulement s’asseoir sur les bancs avec en face un enseignant, c’est aussi la vie dont les ivoiriens ne la regardent pas avec objectivité. Pendant que les politiques pensent pouvoir trouver des solutions sans véritablement s’adresser aux vrais experts en la matière, la nature passe et laisse ses traces.

L’ivoirien jette n’importe quoi sur les voies publiques, même si les élus ne disposent pas de poubelles à des endroits pour y jeter les détritus. Il n’y a plus de caniveaux à Abidjan et à l’intérieur du pays et le manque d’éducation civique, en matière d’hygiène et de propreté, les ivoiriens sont loin et très loin du but.

C’est vrai qu’il y a une modification profonde due au changement climatique, mais est-ce qu’on en tire les leçons ? Il n ‘y a pas plus d’un mois, Abidjan a abrité la cop15 et à peine la capitale se vide que les eaux de ruissellement viennent tout ravager. Ce n’est pas seulement la faute des politiques, mais personne n’a le courage d’aborder le problème de fond. Depuis Bédié à Ouattara aujourd’hui, on ne va pas nous dire que la BNET est une boîte vide ?  

A l’époque des grands travaux, des études ont été menées, où sont les résultats ? A force d’être complaisants, voilà les enseignements de la nature. On ne joue pas avec la nature et on ne triche pas non plus avec elle. On jette tout et n’importe quoi sur les voies publiques et on construit en désordre sans tenir compte de l’urbanisation et le drainage surtout à Abidjan est mal fait.

Abidjan frappée de plein fouet

Cocody, le quartier le plus huppé est inondé. Et ce n’est pas la première fois que cela arrive et on ne tire aucune solution et dès que les périodes de pluie cessent, on passe à autre chose. Les nids des rivières, fleuves et marigots sont naturellement connus, même s’il arrive souvent des débordements, mais pourquoi on feint de voir les réalités en faisant ce que bon semble vouloir plaire ?

Prenons le cas de l’indénié. Il ne s’agit pas de se précipiter pour faire des travaux jolis, sans au préalable consulter les vrais experts et ingénieurs qui souffrent à ces périodes qui défient leurs connaissances. Voilà un travail titanesque qui est parti en un coup de pluie diluvienne, à qui la faute ? Qui va encore débourser cette fortune pour tout reprendre ? Pourquoi ces nouveaux faux ingénieurs triés sur le volet par complaisance ont menti au président Ouattara ?

Logiquement, les responsables de la construction et de l’urbanisation devraient rendre leur tablier pour faute lourde et grave ayant entraîné le président de la république dans l’erreur, car elle est impardonnable. 

La démission est collective. L’absence des poubelles, le jet de tous les détritus, sachets, bouteilles, ordures ménagères qui ont bouché tous les caniveaux et les constructions anarchiques sur les voies de passage d’eau de ruissellement, voilà le spectacle que la nature offre avec ses conséquences. A qui la faute ? Quand on veut tricher avec la nature, sans tenir compte de la loi naturelle, on s’expose aux conséquences naturelles. Abidjan est surpeuplée, saturée et il y aura toujours ces genres de calamités naturelles si on ne s’assoit pas avec les vrais experts et ingénieurs pour y réfléchir.

En attendant de nous adresser aux vrais experts et ingénieurs, il faut que le président Ouattara sanctionne tous les responsables de la construction et de l’urbanisme qui lui ont menti. Si ces gros œuvres n’ont pas été assurés, où trouver encore ces grosses fortunes pour les reprendre ?

 Joël ETTIEN
                            Directeur de publication: businessactivity.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.