Quand les jeunes ivoiriens se transforment en tambour pour leurs aînés.

Pourquoi les jeunes ivoiriens, se laissent tant manipuler par des vieux qui occupent leurs bancs, alors qu’ils n’ont plus rien à proposer ? Le monde évolue et ces jeunes ivoiriens se créent des ennemis, se posent des obstacles qui les détruisent, pendant ce temps, le temps ne les attend pas. Ils vieillissent, sans jamais occuper des fonctions, pourtant ils sont pour la plupart bardés de diplômes qui ne servent que de décor. Ils vont dans les otages des vieux pour se constituer en otage et ils gagnent quoi, en retour ? Ils sont tous devenus des tambours sur lesquels, ces vieux font claironner leurs haine, rancune, vengeance.

Le silence des jeunes ivoiriens

Si depuis longtemps, ils avaient pris leur courage pour dire la vérité à ces vieux aux estomacs percés, égoïstes et méchants, ces partis politiques ne se croiraient pas, des passages obligés pour devenir quelqu’un et le manque de culture politique, les obstrue.

A quelle génération d’ivoiriens, pour conduire la destinée de ce pays, quand ces jeunes sont plus dans les rancœurs, la haine de leurs aînés ? On parle de gestion générationnelle en Côte d’Ivoire, mais qui sont ceux-là pour qu’une fois parvenus aux affaires, ils impulsent un vrai développement et enrayer dans les jargons, la haine, le règlement de compte, la vengeance ?

Ces jeunes supposés relayés tous ces vieux qui veulent mourir au pouvoir et recevoir les plus grands honneurs au cours de leurs grandes obsèques du monde, ont pris, faits et causes pour ceux-là. Pourtant, ces jeunes auraient dû en interne dans les différents partis politiques, tisser autres liens ou raisonner simplement leurs aînés qui pourrissent leur succession.

En Côte d’Ivoire, tout le monde est fâché avec tout le monde. Dès que tu serres la main, d’un tel, tu deviens ennemi pour toujours. Qui est M. Ouattara pour qu’il prenne la vie des ivoiriens en otage et depuis plus de 20 ans, il fait pourrir la vie à ses compatriotes ? Qui est donc ce vieux d’Henri Konan Bédié qui veut que tout se résume à sa personne (ancien président de la république, président du PDCI RDA, président de la plateforme de l’opposition, président du CNT,…) et qui pour peu, qu’on le critique ou lui suggère des pistes de réflexion, on devient le Juda, qui est devenu Affi N’guessan, devenu subitement, porte-parole d’une transition imaginaire aux conséquences saignantes et mortifères  ?

Les jeunes ivoiriens doivent songer à autre chose

Comment des jeunes ivoiriens peuvent-ils s’arcbouter avec tous ces vieux sans pourvoir regarder ailleurs que dans cette position lugubre ? Qu’est-ce qui prouve que, si demain M. Hamed prenait ce pouvoir, les mêmes causes ne produiront pas les mêmes effets ?

En fait, ce n’est pas la politique entant que telle qui les préoccupe, mais la possession du gain facile, le vol, le pillage, l’enrichissement facile, mais devenir quoi à la fin ? Tous ces jeunes veulent qu’on les adule, on les vénère et que les portes des églises et des mosquées soient fermées.

Qui peut prendre ce courage pour convoquer, une assemblée entre les jeunes pour porter une vraie analyse sur le pourrissement de la condition de vie de ces ivoiriens. Ils ont tous peur de représailles. En Côte d’Ivoire, on ne réussit que par la politique. Tous les grands diplômés, désertent leurs cabinets, abandonnent leurs bureaux pour devenir députés, maires, sénateurs et les vrais besoins du développement, dorment et souvent, on est obligé de faire appel à des spécialistes étrangers qui coûtent cher dans le budget de l’état.

Et comme tous ces jeunes fuient leur formation de base pour aller se réfugier dans la politique, ils sont tous obligés de vénérer leurs chefs vieux, limités, sclérosés. Ainsi, ceux-ci, se croient investis de pouvoir surnaturel, de divinité extraordinaire et de sciences infuse, pourtant.

Les jeunes des autres pays africains semblent comprendre, seuls les jeunes ivoiriens qui sont tapis dans l’ombre de papa, qu’ils soient d’abord rassasiés avant qu’ils ne ramassent les os tombés des tables en or.

Du coup, palabre des vieux est devenue leur palabre. Pendant ce temps, eux-mêmes leur vie est bloquée.

On parle de réconciliation, mais qui va l’actionner ? Quiconque veut en prendre le devant, ces mêmes jeunes vont l’attaquer parce qu’ils croient que c’est du domaine des vieux. Ouattara, Bédié, Soro, voilà les vraies plaies des ivoiriens. Quant à Gbagbo, il a tellement compris, que son retour qui effraie, c’est lui seul, qui peut véritablement oxygéner le paysage sociopolitique, parce qu’il a compris et en allant dans son pays, c’est pour se consacrer à autre chose que la politique. Il n’a plus d’ambition dérangeante et son regard sera sincère. Depuis combien de temps, il n’arrête pas de dire, asseyons-nous et discutons ?

                                                                   Joël ETTIEN

          Directeur de publication : businessactaulity.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.