Côte d’Ivoire: Le pays est-il devenu la république des rumeurs ?

La Côte d’Ivoire est-elle devenue la république des rumeurs ?

Trop de rumeurs enveniment la vie sociopolitique de Côte d’Ivoire

Pendant que les maliens, sénégalais tirent les grandes leçons de ce qui leur arrive, en Côte d’Ivoire, les ivoiriens sont dans un attentisme chronique qui les détruit et ils en rient. Comment l’ivoirien est-il conçu pour prendre tout à la légère pendant que les autres et qui plus sont ses propres, voisins se débattent pour dire non aux nouvelles technologies d’anéantissement ?

Des spécialistes en rumeurs, encouragés par les mêmes ivoiriens, font courir des bruits et comme, dans une religion, les mauvais esprits exaucent leurs vœux et incapables de mettre balle à terre pour se poser des questions, la mort emporte les plus valides. Ces spécialistes qui ont prophétisé sur la mort de l’ex premier ministre Gon Coulibaly, qui manient avec dextérité l’outil informatique, sont tombés sur l’actuel Premier ministre ivoirien, Hamed Bakayoko, à qui, ils donnent pour mort, au lieu de prier tous les bons dieux de le tirer d’affaire s’il est mal en point, mais non, ils vont toujours vers le pire.

A regarder de très près, la forme athlétique de ce dernier, qui prend grand soin de lui, en respectant scrupuleusement ce qui tombe dans son assiette, grand sportif de haut niveau, la mort n’épargne personne, certes mais non, c’est la fin que ces ivoiriens voient. Ils sont dans une telle inquiétude sanitaire que, personne n’y prête attention pour lancer des alertes.

Ces évacuations sanitaires qui coûtent chères aux contribuables ivoiriens, mettent à mal, la politique sociale et sanitaire du gouvernement. Tous les grands centres de santé publique, les moyens comme les petits, au lieu de jouer leurs rôles de guérisseurs, donnent la plutôt la mort et cela ne dit mot aux ivoiriens qui regardent ailleurs, pendant que leur case brûle.

Les cadres de la Côte d’Ivoire

A voir de près, la république est malade, puisque tous ceux qui y occupent des fonctions républicaines sont malades et absents du pays, le seul qui reste, le président Ouattara, mais jusqu’à quand cela va durer ?

Par amour pour leurs compatriotes, cela a commencé par le président Houphouët Boigny, certaines autorités ivoiriennes, méprisent leur santé. Le président Houphouët Boigny se savait malade, mais il voulait tellement bien faire pour laisser ses compatriotes à l’abri de tous besoins que le temps de se soigner était trop tard et la mort l’a emporté. Hamed Bakayoko aime tellement son pays, ses habitants, ses compatriotes qu’il travaillait comme une fourmi à côté d’un baroudeur, acharné au travail, le président Ouattara pour ceux qui le côtoient, qu’il n’a sans nul doute pas vu venir le danger, remettant à demain, pour qu’il se retrouve face à ce danger qui doit interpeler tous les ivoiriens.

M. Gon Coulibaly est tombé mort au conseil des ministres, tellement il voulait démontrer son amour à son pays, alors du temps du président Ouattara, le poste de premier ministre, serait-il un mouroir ? C’est pourquoi, en plus de sa vigilance et son appui pour que M. Hamed Bakayoko recouvre la santé, les ivoiriens aussi, doivent prier. Quand il s’agit d’évoquer leurs différents dieux, là où il faut, qu’ils prient pour des sujets dont ils n’ont jamais de solutions, eh bien non.

 La république de Côte d’Ivoire est véritablement en danger et c’est l’occasion à toutes les congrégations d’interpeler leurs différents dieux. Le Corona prévient avant de tuer et en plus, Hamed Bakayoko a quel âge pour mourir sitôt ? Ne peuvent-ils pas remplacer les rumeurs par des prières ?

Ivoiriens à vos prières, les ivoiriens sont en guerre, contre les invisibles !

                                                       Joël ETTIEN

        Directeur de publication : businessactaulity.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.